Actualités


« The World Goes Pop », la grande expo londonienne de l’automne


C’est un formidable voyage aux sources du pop art que propose depuis le 17 septembre dernier – et jusqu’au 24 janvier 2016 – la Tate Modern. Occasion unique de mieux comprendre les complexités d’un mouvement culturel qui a profondément marqué le demi-siècle écoulé.


Quelques semaines après la clôture d’une remarquable exposition consacrée à Sonia Delaunay, la Tate Modern est à nouveau au centre de l’actualité artistique ! Le musée londonien, qui revendique le titre officieux de plus grand centre d’art contemporain de la planète avec près de cinq millions de visiteurs par an (et qui jouit désormais du titre de « Britain's national gallery of international modern art »), offre durant plus de quatre mois une vision originale du phénomène culturel et artistique pop art.

Née dans les années 1950 aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, cette forme d’expression trouve ses racines dans la culture populaire et commerciale des pays industrialisés : la publicité, la musique et jusqu’aux films hollywoodiens. Andy Warhol, David Hockney, Peter Blake ou Richard Hamilton, icônes du pop art, ont en commun de s’inspirer d’une représentation de la société consumériste occidentale. Pour mieux en caricaturer les excès et les dérives.

Exposition à voir à la Tate Modern jusqu’au 24 janvier 2016.

« The World Goes Pop » explore les ramifications du pop art dans toutes les régions du globe et analyse la manière spécifique dont chaque culture s’est appropriée le mouvement. Amérique du Sud et Asie, Europe continentale et Moyen-Orient : tous les sujets phares des 50 dernières années sont ainsi abordés sous l’œil subversif d’artistes souvent méconnus. La politique, la contestation, le corps humain ou l’appétit de consommation. Le tout sous le prisme de multiples supports allant du plus classique (toiles peintes) aux plus extravagants (flippers).

Avec cette exposition, la Tate Modern prouve que le pop art est un langage de protestation subversif international (qui ne doit pas être cantonné aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne). Et donne ses lettres de noblesse à un art qui reste, plus de 50 ans après ses balbutiements, d’une formidable jeunesse.

Pour réserver des billets pour l’exposition « The World Goes Pop » : https://tickets.tate.org.uk/performancelist.asp?ShowID=5823. Prix des tickets : 16 livres – env. 23€. Gratuit pour les enfants de moins 12 ans.

A voir en 2016 à la Tate

Quatre figures majeures de l’art du 20è siècle seront exposées l’année prochaine par le musée britannique. Georgia O’Keeffe et Robert Rauschenberg à la Tate Modern, Francis Bacon, à la Tate Liverpool, et Paul Nash à la Tate Britain.

Henry Tate, le mécénat dans le sang 

Fils de pasteur, Henry Tate (1819-1899) amassa une fortune considérable dans le négoce du sucre avant de devenir le mécène le plus généreux – et désormais le plus célèbre – du Royaume-Uni. Deux ans avant sa mort, Tate fit don de 65 toiles contemporaines au gouvernement de son pays à la condition que cette collection soit exposée dans un musée. Il en paya lui-même la construction sur le site d’une ancienne prison. Ainsi naquit la National Gallery of British Art, aujourd’hui simplement baptisée Tate Britain.

Pour plus d’infos sur le Tate Museum : http://www.tate.org.uk/.